sábado, 13 de mayo de 2017

Ma nouvelle langue est le silence*

«Heureusement,  il  y  a  la  musique».

«Je  constate  un  phénomène  qui  se  répétera  à  différentes  étapes  de  ma  vie:  quand  on  s'active  trop  longtemps  dans  la  même  discipline,  on  finit  par  chuter.  Il  faut  en  avoir  conscience  et  s'arrêter  à  temps».

«Nous  connaissons  tous  des  musiciens  à  l'esprit  carriériste: leur  existence  s'apparente  à  une  courbe,  avec  un  point  de  départ  et  un  point  d'arrivée.  Dans  ce  cas,  la  carrière  ressemble  à  une  prison,  celle  de la  vanité  du  pouvoir.  Ce  qui  me  motive,  ce  n'est  pas  un  habit  d'académicien  mais  la  curiosité  d'esprit,  l'impromptu,  la  musique  dans  sa  richesse  et  sa  diversité.  Sans  oublier  le  plus  important,  c'est  à  dire  la  capacité  de  rester  un  éternel  débutant.  L'un  des  plus  beaux  moments  de  la  vie  est  celui  où  l'on  découvre,  où  l'on  apprend».

https://www.youtube.com/watch?v=ySveOvUxxt4

*Rien  n'est  grave  dans  les  aigus,  Michel  Legrand,  le  cherche  midi,  Paris,  2013.

No hay comentarios:

Publicar un comentario